La maison bioclimatique est conçue de manière à tirer parti de son environnement pour diminuer son impact sur celui-ci, tout en assurant un maximum de confort à ses occupants. Concrètement, il s’agit de choisir la bonne exposition pour limiter les besoins en chauffage et en éclairage, les bons matériaux pour maintenir l’inertie thermique… Petit guide de la maison bioclimatique.

Une maison bien exposée

A la base de l’architecture bioclimatique, il y a d’abord le choix judicieux de l’orientation de la maison. Une orientation plein sud assure une excellente luminosité et une exposition au soleil suffisante pour chauffer confortablement les pièces exposées. Sur les façades sud de la maison bioclimatique seront donc placées les ouvertures vitrées pour capter le maximum de rayonnement, assurant une partie du chauffage pour l’hiver. En été, la végétation caduque se chargera de limiter l’apport calorifique dû au soleil.

Une maison bien isolée

Pour conserver de manière durable la chaleur captée par les surfaces vitrées, les matériaux de construction choisis sont dotés d’une bonne inertie thermique. Il est également important d’assurer une ventilation adaptée pour diffuser la chaleur (ou la fraîcheur en été) dans toutes les pièces de la maison.

Une maison bien intégrée

La maison bioclimatique s’intègre directement à son environnement. Les choix architecturaux se font donc en connaissance du climat, des ressources locales et des habitudes des occupants.  Ainsi, matériaux de construction, végétation environnante, et conditions climatiques fonctionnent en symbiose pour assurer le confort de l’habitant de la maison bioclimatique.

Pour en savoir plus, découvrez un article sur l’architecture bioclimatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation